Le processus de l’inflammation – Prévenir les virus.

Par le Dr. Jean-Christophe Charrié

Processus d'inflammation
Le processus d'inflammation

Parlons aujourd’hui de l’inflammation pour bénéficier des meilleurs réflexes face aux infections en général. 

L’inflammation fait suite à la congestion.
Il ne peut pas y avoir d’inflammation sans congestion initiale.📖

Il y a deux états inflammatoires :
– L’inflammation:

  • physiologique 🙂
  • pathologique 

Comme dans toutes maladies métaboliques nous passons au stade de la maladie lorsque l’organisme dépasse son but initial d’action et n’arrive plus à se canaliser. Comme autrefois avec ma 2CV 🚗 en freinant fort j’ai défoncé le plancher de la voiture. J’ai ainsi dépassé le but initial de mon action et je suis entré dans la pathologie.

Tout ça pour rappeler que – comme la fièvre- l’inflammation est notre amie et qu’il faut la respecter. Nous pouvons l’optimiser tant qu’elle reste physiologique.

L’inflammation physiologique

L’inflammation physiologique 🙂met en place la dynamique de nettoyage et de réparation.
Les cellules du tissu agressé envoient des informations à l’organisme pour que celui-ci lui apporte les moyens de se réparer.
Ces molécules d’informations sont essentiellement représentées par les Cytokines

Si une météorite tombe sur une route, les services de la voirie vont faire un état des lieux et appeler (cytokine) les équipes nécessaires pour déblayer les dégâts et les équipes nécessaires pour apporter de la matière première (remblai, gravier, goudron) et les outils de réparation.

L’inflammation physiologique entraîne donc deux voies métaboliques :
Une voie de Nettoyage  (cataboliques) qui dépendent des axes hormonaux corticotrope (surrénales) et thyréotrope ( thyroïde)
Une voie de réparation (anabolisme) qui elle dépend des axes hormonaux génitaux (gonade) et de croissance ( foie, pancréas…)

Ces deux voies sont actives en même temps et se régulent l’une et l’autre dans un équilibre permanent⚖️. La rupture de cette équilibre au bénéfice de la destruction constitue l’inflammation pathologique ☹.

L’inflammation pathologique

– L’inflammation pathologique ️, se manifeste par : Chaleur, Rougeur, Douleur, Œdème, Tuméfaction

Et tout cela peut favoriser un état de fibrose comme on le constate au niveau des poumons avec le dernier coronavirus. D’où la gravité de celui-ci car on a alors besoin des outils de la réanimation pour permettre à l’organisme de respirer.

L’inflammation physiologique (normale) ne présente que peu de signes. Mais elle peut être très active et entraîner beaucoup de dépenses énergétiques. Cela explique la fatigue parfois intense que l’on peut avoir avant l’expression de la maladie ou lors de la convalescence.

Parfois le mécanisme de l’inflammation pathologique est tellement dégradé qu’il dépasse le territoire du tissu abimé et qu’il envahit tout l’organisme.
Dans ce cas seulement un anti-inflammatoire substitutif peut être utilisé mais cela ne concerne pas les infections car même avec une inflammation généralisée il ne faut pas ❌dans ce cas d’anti-inflammatoires substitutifs car ceux-ci aggravent l’infection. 

Alors que pouvons-nous faire à la maison pour accompagner au mieux notre organisme inflammé par un virus ?

Selon l’enseignement Endobiogénique: 

1-Diminuer l’état congestif (régime d’Epargne pancréatique : sans sucre, sans graisses cuites , sans farine moderne🥐🥨🍞🥖, sans produit laitier🧀🍦🥛, sans alcool🍾🍹, cf…) 
et freiner le parasympathique : infusion de thym (1 boule à thé pour une tasse, infusion 12 minutes filtrer et boire au réveil et après le repas du midi) et hydrater vous (1 à 2 l de liquide 💧par jour)

2-Soutenir la régulation inflammatoire pour éviter les débordements
-Infusion de feuilles de cassis ou jus de cassis
-Mais aussi tous jus de fruit rouge sans sucre ajouté pour soutenir l’axe de la surrénale. Particulièrement la myrtille en jus ou en surgelé (pas en confiture ou gelée car trop de sucre ajouté) sera très bienvenue avec ce coronavirus car en plus elle régule l’axe de croissance ainsi que l’inflammation digestive et limite les diarrhées.
-Les infusions de cannelle pour la surrénale et l’inflammation digestive.
Le citron 🍋 et les agrumes  en général sont idéaux dans le soutien de la dynamique anti-virale du fait de leur action sur la surrénale.
-La Racine de gingembre fraîche en jus ou en infusion pour le soutien de la surrénale, de la thyroïde et de la génitale.
-Avoine si besoin pour soutenir les axes de la thyroïde et de la génitale. Régime d’épargne pancréatiques pour soutenir l’axe de la croissance.

3-Pollen et gelée royale pour soutenir la dynamique de réparation de l’inflammation physiologique avant l’apparition de la maladie et lors de la convalescence (pas de gelée royale si vous avez un terrain cancérigène).

Pommes bio

Une petite recette : si le jus de pomme 🍎 est laxatif, la pomme 🍎 bio 🍏 râpée avec sa peau est un régulateur intestinal, protecteur de la muqueuse digestive, régulateur de l’inflammation et stimulant du foie 

Râpez une pomme 🍏
Saupoudrer de cannelle en poudre
Un petit jus de citron 🍋
Un peu de gingembre frais râpé
Une cuillerée à soupe de myrtilles surgelées
et de flocon d’avoine
Une cuillerée à café de pollen
Et un peu de gelée royale 👑
Vous avez là un excellent petit-déjeuner ou goûter. Je vous invite à ne pas le prendre en dessert à la fin d’un repas comprenant des protéines afin d’éviter une fermentation et une inflammation digestives.

Ainsi les fruits 🍐🥝🍉 crus quel qu’ils soient doivent être mangés soit 30 minutes avant une protéine ou 3 h après.

Par le Dr.Jean-Christophe Charrié, le 23 mars 2020